Warner Jazz France
  il y a 4 ans.fr il y a un instant.frbon planMarketplace
Offre Amazon -
6 offres à partir de 16,90 EUR
Prix vérifié il y a un instant  

Mes paramètres, mes mots-clefs, mes seuils, mes alertes

Connectez-vous ou créez un compte pour modifier vos paramètres, vos mots-clefs, vos seuils et vos alertes.

Blog - aucune mention

Cet article n'est pas mentionné dans le blog.

Boutiques - aucune référence

Cet article n'est pas référencé dans les boutiques.

Images - 1 image

Description - longue description

Une voix douce comme une brise d’été. Des tempos en forme de gros câlins. Des orchestrations de vapeur, de brouillard, et de ces claviers et percussions qui vous font chavirer. Voilà Bebel Gilberto, souveraine au pays de la nouvelle bossa nova, celle qui flirte autour des rythmiques électroniques avec insolence ("River Song"). Et c’est bien la bande-son parfaite pour notre temps de confusion que nous délivre une artiste peu soucieuse des canons qui font du bruit, et de ceux qui prétendent indiquer le bon chemin Avec des plages comme "Every Day You’ve Been Away", la fille de Joào Gilberto a décidé qu’une guitare suffirait pour accomplir sa tâche paisible. Une seconde voix tranquille la rejoint du bout des lèvres, et un ange passe. Il poursuit sa course dans notre périmètre intérieur, se suspend à nos rêves et nous entraîne en apesanteur tout en frôlements et en suggestions ("Jabuticaba"). Une clochette tinte, un autre souffle chaud qui monte de la mer turquoise, le tableau est complet quand, dans, "Céu Distante", Bebel décide de chanter tout en soupirs. Ce deuxième album de l’héritière de l’un des plus grands musiciens brésiliens fera la fierté de son géniteur. Pour nous, c’est la trilogie des trois "s" qui se poursuit. Les trois "s" ? ?…sea, sex and sun, pardi. --José Ruiz

Articles associés

Chargement en cours