Points
  il y a 4 ans.fr il y a un instant
Offre Amazon -
Autres offres -
Prix vérifié il y a un instant  

Mes paramètres, mes mots-clefs, mes seuils, mes alertes

Connectez-vous ou créez un compte pour modifier vos paramètres, vos mots-clefs, vos seuils et vos alertes.

Blog - aucune mention

Cet article n'est pas mentionné dans le blog.

Boutiques - aucune référence

Cet article n'est pas référencé dans les boutiques.

Images - 2 images

Description - longue description

J'adore ce genre d'histoire. Le mauvais garçon. Non pas le voyou, mais le type qui apparemment est normal et en fait ne l'est pas du tout. J'ai toujours rêvé de devenir L'ESPRIT DU MAL – puisque Dieu n'existe pas alors c'est que TOUT est permis, hi, hi, hi ! – comme Rastapopoulos, mais je ne l'ai jamais fait. Comme modèle, il y a Bad Lieutenant, le film de Ferrara et American Psycho. Une ordure est dans la même lignée, version scottish. Le personnage est un poulet odieux. Un vrai sale type qui "esthétise" le mal. Ça se lit tout seul, il y a de la came, des putes, du rock, des poulets qui rackettent des dealers et la fille d'un avocat qui fait une pipe au héros parce qu'il l'a chopée avec deux ecstas. Aucune rédemption en revanche, juste une brève explication psychologique à la fin – conflit père-fils, frères renégats, fils reniés, traîtres, etc. – qui enlève le côté mal-pour-le-mal qui pourrait se suffire à lui-même. Bref, à part ça, tous les ingrédients d'une bonne histoire. Et comme en plus c'est écrit par l'auteur de Trainspotting, c'est parfait. --Vincent Ravalec

Édimbourg. Un homme est sauvagement assassiné à coups de marteau. Il en faut plus pour impressionner l'abominable brigadier Bruce Robertson, Robbo pour les collègues, presque tous aussi machistes, sales, dépravés, cyniques et puants que lui. Le meurtre va-t-il empêcher Robbo de prendre ses "vacances" à Amsterdam et va-t-il l'obliger à abandonner ce fabuleux programme à base de prostituées et de drogues en tout genre ? Rongé de l'intérieur, au propre comme au figuré, accro à la cocaïne, paumé abject, le brigadier s'enfonce dans la déchéance… À trois ignominies écœurantes par phrase, ce livre, a priori répugnant, est-il une horreur à trois sous ou un chef d'œuvre ? "Une farce implacable sur le pouvoir et l'abjection" comme le présente son éditeur ? Sans doute un peu des deux. On disait aussi cela de Trainspotting, son précédent roman, devenu un film-culte… --Bruno Ménard

Articles associés

Chargement en cours